Comme chaque fin d’année, Emojipedia (plateforme qui documente et répertorie les émojis) publie son rapport sur les tendances des émojis. Les données récoltées concernent les usages sur Twitter et se basent sur un échantillon de 650 millions de tweets publiés entre le 1er janvier 2020 et le 16 décembre 2020.

2020 a été une année très particulière, c’est sans grande surprise que l’émoji 🦠microbe est explosé à cause de la COVID, mais il n’est pas le grand gagnant !

Usage global des émojis sur Twitter

Avec un début plutôt timide, l’utilisation a été croissante tout au long de l’année avec une constante au-dessus des 20% les sept derniers mois.

En comparaison avec le mois de décembre des années précédentes, la croissance a été moins forte de 2019 à 2020 (+8,77%) que de 2018 à 2019 (18,96%). Emojipedia explique cette baisse par le fait que les emojis sont employés principalement pour exprimer des sentiments positifs.


Le 🔝 des emojis de 2020


Comme on peut le constater, les émojis de l’année sont des classiques, rien de bien nouveau à l’horizon… Le plus intéressant selon moi, c’est d’observer les plus grosses progressions. 👇

Ces données sont très intéressantes, car ces progressions de 2019 à 2020 retranscrivent des évènements ou des sujets d’actualité qui ont marqué les utilisateurs.

Dans le top 5 nous retrouvons :

  • 🥱 (+992 799,82%)
  • 🤏 (+256 411,61%)
  • 🦦 (+16 046,72%)
  • 🛒 (+1 638,83%)
  • 🦠 (+817,93%)

Crise sanitaire oblige… 🦠

(Cliquez pour agrandir)

On peut constater une explosion de l’utilisation de l’émoji microbe au mois de mars 2020, ce qui correspond évidemment au début de la pandémie de la COVID-19. Son utilisation a considérablement chuté par la suite, l’effet de nouveauté étant passé, mais son usage reste constant. Le plus impressionnant c’est le grand écart qu’il y a par rapport à mars 2019 !


Les grands perdants 😢

Il est assez logique de retrouver ces émojis dans ce classement, cela étant dû à l’impact direct du COVID dans le monde entier. En effet, à cause des restrictions sanitaires (confinement, couvre-feu…) énormément de secteurs d’activités ont été touchés. Entre impossibilité de voyager, événements sportifs à huis clos ou annulés, rassemblements interdits… c’est autant de facteurs qui suscitent des sentiments négatifs chez les utilisateurs.


Lire l’étude complète