financement-plateforme-web-cover
Article sponsorisé | Photo by Djordje Petrovic from Pexels

Lancer une plateforme digitale peut coûter extrêmement cher… Pour l’internaute, ce n’est qu’un site web sur lequel il peut entrer en relation avec d’autres personnes ou acheter des produits/services. Mais les professionnels, eux, savent que c’est bien plus que ça…

Entre le développement des logiciels, la location des serveurs, le paiement des multiples employés nécessaires à sa mise en place et le budget communication/marketing, la facture peut très vite devenir salée… Oui, investir dans le digital peut coûter extrêmement cher…

Si vous n’avez pas les moyens de financer entièrement votre projet, ne baissez pas les bras. Après tout, c’est aussi grâce à ses incroyables récits de levées de fonds que l’entrepreneuriat numérique a le vent en poupe.

1 – Se tourner vers les banques

Image par edar de Pixabay

Ne faites pas cette tête… Il est vrai que les banques ont la réputation d’être difficiles mais cela ne signifie pas qu’elles ne financent pas les projets de création d’entreprise.

Pour réussir à convaincre un banquier de vous octroyer sa confiance, votre business plan devra être en béton armé. Aux chiffres hypothétiques, préférez les réalisations concrètes. Si vous avez déjà testé votre idée à petite échelle, cela n’en sera que meilleur.

En ce qui concerne les garanties, essayez de contribuer à hauteur d’au moins 30 %. Comment voulez-vous que la banque investisse dans votre idée alors que vous-même ne le faites pas ?

2 – Faire appel au crowdfunding

Image par Free-Photos de Pixabay

Vous l’aviez sûrement vu venir des kilomètres à la ronde… Comment ne pas évoquer le financement participatif lorsqu’il s’agit de lancer une start-up ?

Sans internet et l’émergence des nouvelles technologies de communication, jamais ce mode de financement n’aurait pu voir le jour… Il est donc tout à fait normal que le crowdfunding vole au secours des acteurs du numérique.

Aujourd’hui, la version originale s’est vue rajouter deux variantes : le debt-crowdfunding qui fait appel aux prêts participatifs et l’equity-crowdfunding qui permet aux personnes intéressées par votre projet d’acheter des actions.

Si vous décidez d’emprunter cette voie pour monter votre compagnie, vous aurez réellement l’embarras du choix.

3 – Demander l’aide de l’État

Image par TheAndrasBarta de Pixabay

À chaque fois que vous passez en caisse d’un supermarché, vous avez un pincement au cœur… Quand vient le douloureux moment de vous rendre à la Direction Générale du Trésor, vous vous exécutez avec la mine renfrognée… Il est temps que les taxes et impôts que vous payez vous servent enfin à quelque chose.

L’État propose de nombreuses aides à tous ceux qui veulent devenir des créateurs de richesses. En fonction des organismes, les supports peuvent se manifester sous la forme de subventions, d’aides à l’installation ou d’exonérations d’impôts.


C’est un coup de pouce très appréciable quand on désire créer son entreprise avec un petit budget. En outre, cela vous rendra la tâche plus facile avec les organismes bancaires. Si la république a consenti à vous accorder un prêt d’honneur, pourquoi ne devraient-ils pas vous faire confiance ?