tousanticovid-application

Le 22 octobre, le gouvernement français a dévoilé la V2 de son application de traçage des cas positifs au covid-19 : Tous Anti Covid. Même si l’application a été vivement critiquée, la V2 semble avoir convaincu de nombreux français : le nombre de téléchargements est passé de 2,7 millions à 7,4 millions depuis le déploiement de cette nouvelle version. La France étant souvent comparée à ses voisins dans la gestion de cette crise sanitaire inédite, nous revenons sur les choix de développement de l’app française par rapport aux autres pays européens.

Tous les pays d’Europe ont voulu réagir le plus vite possible dans la gestion de la crise du covid et créer une app de tracing est apparu comme une solution efficace pour ralentir la pandémie. On retrouve des différences de conception dans le choix de l’architecture, la transparence du développement et encore les fonctionnalités accessibles pour les utilisateurs.

La France a choisi une architecture technique centralisée, différente de la majorité des autres applications européennes qui elles ont choisi une architecture décentralisée (basée sur le fonctionnement proposé par Apple et Google). Dans un système centralisé comme celui de la France, l’ensemble des données est collecté dans un serveur central. Dans un système décentralisé, les données sont réparties entre les différents smartphones des utilisateurs.

Concernant la transparence dans le développement, tous ont partagé le code source de leurs apps sauf la Slovaquie, la Norvège, la Hongrie et le Danemark. Pour l’application Tous Anti Covid, une partie du code n’est pas publiée publiquement pour des raisons de sécurité et d’infrastructure.


Concernant les fonctionnalités disponibles pour les utilisateurs, la France comme la République Tchèque et l’Irlande ont choisi de mettre en place un système de News intégrant des alertes et des informations officielles des gouvernements. D’autres pays (Autriche, Irlande, Pologne, Royaume-Uni) ont opté pour l’auto-diagnostic via un questionnaire pour aider les personnes à identifier leurs symptômes afin de désengorger les centres de dépistage. Enfin, certains (Slovaquie, République Tchèque, Lettonie, Irlande et Allemagne) ont choisi de mettre en place un suivi de chiffres en temps réel : nombre de dépistages, de tests positifs et négatifs pour comprendre et analyser l’évolution de la maladie.

Avec la nouvelle version de son app de Contact Tracing, on voit que la France rattrape ses voisins. Cet effort est salué par le nombre important de nouveaux téléchargements dus à cette mise à jour. On notera également que le lien vers la page internet permettant de télécharger l’attestation de sortie semble être un atout majeur de l’app.


Retour en infographie :


Article et infographie réalisés par l’équipe de
Bleu122, agence de développement d’applications mobiles